umoov logo
Loading ...

Exposition Grap's « Êtres »


exposition

Cette proposition s'inscrit dans une programmation partenariale avec la municipalité et en lien avec le thème de la 17ème édition des Rendez-vous aux jardins, événement national et européen consacré cette année aux « Animaux aux jardin ».
La question de l’animalité en art pose toujours implicitement celle de notre humanité et de notre rapport à l’autre.

La figure de l’animal est un territoire imaginaire depuis la nuit des temps.

Peintures, mythologies, contes et légendes sont peuplés d’animaux réels ou imaginaires ; ces représentations et récits témoignent d’une fonction symbolique récurrente de l’animal dans les productions culturelles des humains.
Le mot animal vient du latin animalis, qui désigne un être vivant mobile, et qui dérive d’anima, souffle ou air.
À l’époque romaine, on inclut généralement l’homme parmi les animaux.

Au Moyen Âge, le mot animal est d’un usage plutôt rare et savant, et l’on utilise plus volontiers celui de bêtes (ou bestes), dérivant du latin bestia, par opposition à homo, dérivé de hominem, « homme ».
Ce n’est qu’à la Renaissance qu’« animal » remplace peu à peu « bête ».

Le mot animal voit alors son usage se répandre en même temps que l’on cherche à en préciser le sens.

L’homme est un être animé, et il partage cette particularité lexicale avec tous les animaux.
La convocation artistique de l’animal crée un espace mental où l’humain peut venir mirer sa propre condition et se demander au passage si « les bêtes sont des artistes » (et vice versa).

« L’animal que donc je suis » admet pour sa part le philosophe Jacques Derrida.
Aujourd’hui comme hier, se préoccuper de ce qu’être veut dire n’est pas si bête.

Katerine Louineau, artiste et commissaire de l’exposition.


Galerie d'Art Contemporain d'Auvers-sur-Oise


Auvers-sur-Oise


FRANCE


Le blog de umoov
     
 
 




  •  
  • :
    :